Récap’ 2022 de mes moments de bonheur

C’est assez drôle comment, dans le flot de la vie, on aime bien caler des échéances, pour faire une pause et analyser, se remémorer, faire un bilan. Cette fin d’année a donc été pour moi le moment de regarder en arrière, sur ce qui m’était arrivé. Je me suis rendu compte que 2022 a été l’année de la renaissance, du renouveau, de la découverte, et de manière générale, une année riche.

L’année 2020 m’avait semblé à première vue assez favorable, à l’inverse de la situation sanitaire mondiale. Je m’étais retrouvé un peu plus seul, j’avais bien aimé, ça m’avait permis de beaucoup me découvrir. Malheureusement, je me suis fait rattraper, 2020 m’a asséné coup sur coup pour me laisser aux portes de 2021 dans un sale état. Cette même 2021 où j’ai littéralement sombré. Phobie sanitaire de sortir dehors, je restais seul dans une bulle de sécurité qui m’amenait tranquillement dans une solitude néfaste, la découverte de la randonnée comblant fébrilement l’absence totale de vie sociale.

Ma renaissance viendra en 2022, grâce à une amie que je retrouvais. Elle a sombré, elle aussi. J’ai tenté comme j’ai pu de l’aider, et je crois que mutuellement, on s’est aidés à se relever. Elle m’a fait revivre, et bien plus. J’ai retrouvé une vie sociale, j’ai rencontré, découvert. Il m’est arrivé des choses incroyables, alors j’en profite pour vous les conter. C’est probablement un poil narcissique, mais je crois que ça peut être doux, de partager ses bonheurs.

Ci-après, une liste non-exhaustive de mes moments de bonheur.

Je suis allé au concert de Sofiane Pamart.

Signe d’une vie sociale retrouvée, cette année je suis allé voir des concerts. Et notamment celui de Sofiane Pamart. Un concert historique qui restera sans aucun doute parmi les meilleurs concerts de toute ma vie. Un show incroyable autour d’un pianiste virtuose, ce concert symbolisait aussi ma redécouverte du rap, avec des invités parmi les plus grands rappeurs français.

Sofiane Pamart

Source image : RadioFrance

J’ai fait du parapente.

Avec mes parents, nous sommes montés en haut du Puy de Dôme, et y avons découvert des parapentistes. Bien que je sois d’un naturel ultra-peureux sur les activités à sensations fortes, ça me tentait grave. Mon père est allé voir le moniteur pour savoir si je pouvais en faire (oui parce que je suis timide, je n’osais pas aller demander), et je me suis rapidement trouvé harnaché. On a fait quelques pas, et tout en douceur je me suis retrouvé en plein milieu du ciel. C’était une sensation incroyable, de légèreté, de silence, de liberté. J’aurais pu y rester des heures tellement je me sentais bien.

Je ne suis plus stressé quand je monte sur scène.

Au moins de juin, c’était le concert de fin d’année de mon école de musique. Lorsque je suis monté sur scène pour aller chanter, je me suis senti hyper bien. C’était naturel. Je rigolais avec les autres chanteurs et musiciens. J’ai compris que ma place sur cette scène était complètement légitime. Ça m’a libéré. J’ai d’abord pensé que c’était une exception, parce que tout ce que j’avais chanté avait été très bien préparé, que tout était bien calé avec les musiciens. Puis je suis remonté sur d’autres scènes plus tard dans l’année, et maintenant je comprends. Le stress et le trac sur scène, c’est terminé. Maintenant, ce n’est que du plaisir.

J’ai rencontré en vrai des gens que j’ai connu sur les internets.

Oui, internet et les réseaux sociaux ont de nombreux défauts. En attendant, ça permet de rencontrer des gens incroyables. On discute, on partage sur les réseaux sociaux, et au fil du temps, on commence à se connaitre. On devient des amis. Et des amis avec qui finalement, on passe beaucoup de temps en virtuel, peut-être même plus que certains de nos amis en réel. Alors quand on a l’occasion de pouvoir se rencontrer en vrai, c’est juste génial. Ce qui est incroyable, c’est qu’alors qu’on se rencontre seulement pour la première fois en vrai, c’est complètement naturel et on a l’impression de se connaitre depuis toujours.

 

Je me suis mis à la danse.

danseur

A force de danser continuellement seul dans mon salon, j’ai eu envie d’apprendre à danser, vraiment. Un peu par hasard ou de manière complètement logique, je ne saurais dire, je me suis inscrit à la danse. La réalité de ma souplesse d’avant, des souvenirs que j’avais de moi enfant, et que j’ai depuis perdu, m’a fait mal. Mon cerveau qui suit difficilement les enchainements des chorégraphies aussi. Mais je travaille, je m’améliore de séances en séances. Et surtout, je prends du plaisir. Maintenant, quand je me lève le mercredi matin, je suis tout heureux parce qu’on est mercredi, c’est jour de danse.

J’ai fait de la plongée.

Nous étions en vacances avec mon amie lorsqu’elle m’a proposé de faire de la plongée. J’étais sceptique parce que bon, c’est le genre de truc où normalement je galère et je suis nul. Ça me faisait aussi un peu peur, parce que c’était la première fois. Mais on est allés. Combinaison, bouteille, masque, j’arrive à respirer sans soucis, c’est déjà ça. On plonge, on arrive dans le fond, et là je suis émerveillé. Je n’imaginais pas que le fond puisse être aussi beau. La végétation, des poissons partout, magnifiques, tous différents. Tu nages, et tu te retrouves à passer au travers un banc de petits poissons. Tu nages encore et tu aperçois une étoile de mer. C’était magique, j’ai tellement envie d’en refaire.

J’ai fait mon premier concert.

J’ai vu passer une annonce de quelqu’un qui cherchait des chanteurs∙euses pour un concert solidaire. J’ai osé. J’ai envoyé un message sans savoir dans quoi je m’embarquais. C’était incroyable. Vingt minutes sur scène, cinq chansons, seul. J’ai partagé la scène avec 4 autres artistes. J’ai été accueilli comme une star, une organisation aux petits soins, des rencontres incroyables avec les autres artistes. J’ai reçu pleins de jolis compliments. Je suis fier de ce que j’ai réussi à produire, du travail sans relâche pendant une semaine et demie pour être prêt le jour J. J’ai pris un énorme plaisir, ça m’a donné une énergie folle pour continuer, aller plus loin. J’ai hâte de pouvoir remonter sur scène.

Je me suis découvert.

Plus j’avance, plus je grandis. Je réfléchis, je me questionne, je tente de comprendre. Cette année, j’ai trouvé quelques réponses. Je me suis ouvert, et on m’a aidé. Elle m’a aidé. C’est reposant de se sentir soi-même. Il me reste encore beaucoup à découvrir. Mais aujourd’hui plus que jamais je peux le dire, je suis heureux de ce que j’ai découvert, et je suis fier de qui je suis.

Moments de bonheur.

Et parce que je crois de moins en moins à une bienveillance exacerbée, je n’irai pas vers un positivisme abusé. On ne va pas se mentir, il y a beaucoup de fois où la vie est une pute. Un bilan global ne reflète pas la réalité quotidienne, du moins pas celle de tous les instants. Alors même si, en 2021, j’ai connu de grands bonheurs aussi, je n’ai pas rencontré que du bonheur en 2022. Ça fluctue. J’ai une pensée pour ceux qui ont vécu des galères, ceux qui ont passé une année de merde. J’emmerde cette injonction à être heureux, à garder le sourire ! C’est impossible de l’être tout le temps, alors soyez triste si vous en avez envie, soyez heureux si vous le pouvez. Je vous souhaite de trouver ce qui vous rend fier de vous, que vous puissiez vous en servir pour en faire votre bonheur.

 

 

 

78150cookie-checkRécap’ 2022 de mes moments de bonheur
Partager cet article via :
Julch

Julch

J'aime l'humour et la bienveillance.

One thought on “Récap’ 2022 de mes moments de bonheur

  1. Pour répondre à ton dernier chapitre ce qui me rend fier c’est vous mes enfants quand je vous vois épanouie et que je vois tout ce que vous avez accompli je ne peux être que fière de vous je vous aime plus que tout au monde 💖💖

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top