Il était une chanson… Phénomène.

Il n’est pas rare que le monde du cinéma influe celui de la musique. J’évoquais il y a peu le cas avec Bang Bang, et Tarantino qui offrait une seconde vie à la version de Nancy Sinatra.

Je pense également au film Wayne’s World en 1992, qui, avec sa mythique scène d’ouverture, permet à Bohemian Rhapsody de revenir en tête des Charts. La chanson de Queen se retrouve à la deuxième place des ventes 16 ans après sa sortie. Et toute une nouvelle génération découvre alors ce chef-d’œuvre et son groupe.

Pas plus tard que cette année, c’est le monde du petit écran avec la série phénomène Stranger Things qui remet fort en avant un (déjà) tube de l’incroyable Kate Bush.

Presque 37 ans plus tard…

 

Il était une chanson…

Running Up That Hill – Kate Bush

 

 

Retour Gagnant

À la fin de l’été 1985 sort le 5ème album studio de l’artiste Britannique.

Cet album, Hounds of Love, est considéré par beaucoup comme le meilleur de Kate Bush. Sa construction est assez conceptuelle car il se découpe en 2 parties distinctes : une première, éponyme, dont quatre singles sont extraits. Et une seconde, intitulée The Ninth Wave, où plusieurs titres se suivent pour former une seule grande chanson (d’environ plus de 26min).

Cette dernière évoque une personne qui dérive seule en mer et en pleine nuit. Elle renvoie au poème d’Alfred Tennyson: The Coming of Arthur.

L’album est salué – encensé, même – par la critique et finira double disque de platine. Un succès commercial qui signe aux yeux de tous le grand retour de Kate après les ventes relativement faibles de son précédent album, The Dreaming (1982).

 

A Deal with God…

Running Up That Hill est le premier des quatre singles extraits de la première partie de Hounds of Love et sort en 12 pouces, une première alors pour Kate.

Elle l’enregistre dès 1983 dans son Home Studio à l’aide d’un LinnDrum (une toute nouvelle boîte à rythme électronique fabriquée en 82). Elle utilise également un Fairlight CMI en plus de son piano classique.

Initialement, les dirigeants d’ EMI souhaitaient sortir la chanson Cloubusting pour promouvoir l’album. Alors, comme pour Wuthering Heights, Kate doit monter au créneau pour imposer le choix de ce titre qu’elle juge plus représentatif. Elle parvient à les convaincre mais doit quand même faire un compromis…

À ce moment-là, la chanson s’appelle “A Deal with God” et EMI refuse de la sortir sous ce titre; craignant une réception négative en raison de l’utilisation du mot “Dieu”. Voir même, son interdiction de passage à la Radio dans les plus grands pays.

Kate va alors se rabattre sur une autre phrase du refrain “Running Up That Hill” mais parvient à faire apparaître la mention A deal with God entre parenthèses sur l’album.

 

 

Le lien sacré

Kate, au moment de l’écriture de la chanson, pense que l’homme et la femme ne sont “définitivement pas faits pour se comprendre”. Pour elle, la seule façon d’y arriver serait alors de “passer un pacte avec le diable“. Avant de se dire qu’un accord avec Dieu serait plus puissant (et plus positif). D’où le titre original de la chanson.

Car, oui, la chanson parle d’empathie. Littéralement.

À travers un couple qui traverse une passe difficile, elle évoque la nécessité de se mettre à la place de l’autre pour mieux se comprendre. Faciliter la communication afin d’éviter les insécurités émotionnelles. “Gravir la colline” comme métaphore à surmonter ce qui semble être une montagne de problèmes mais qui, bien abordée, doutes et malentendus dissipés, ne serait pas grand chose finalement.

La chanson s’intègre merveilleusement dans l’univers de Stranger Things. D’abord par sa mélodie, ses sonorités caractéristiques (j’ai pas dit kitsch !) des 80’s. La série se déroulant dans cette décennie.

Mais pas seulement d’avoir un rôle vital pour le personnage de “Max” Mayfield, (la chanson, oui). Ses paroles décrivent finalement assez bien ce que les désormais jeunes adultes traversent : Les relations de Mike et Onze ou celle de Max et Lucas pour ne citer qu’elles, par exemple.

 

Dance Dance Revolution

Pour ce qui est du vidéoclip de la chanson, Kate se met en scène, exécutant une danse interprétative, avec le danseur Michael Hervieu. Tous deux vêtus de Hakamas japonais.

Bush, tenait à ce que cette chorégraphie tienne vraiment de la performance classique trouvant que la danse dans les clips était souvent “triviale“. “Succession d’images au hasard sans l’expression sérieuse, merveilleuse qu’elle (la danse) peut apporter”.

Elle va alors s’accompagner de la chorégraphe Diane Gray sous la caméra de David Garfarth pour la réalisation de Running Up That Hill.

La chorégraphie s’inspire de la danse contemporaine avec un geste répété évoquant une flèche tirée à l’arc – rendu littéral sur la pochette de l’album – entrecoupée de séquences surréalistes. Une très jolie réalisation pour imager les paroles de la chanson.

Cependant, au moment de sa sortie originale, MTV (qui fait un peu la pluie et le beau temps des clips) choisit de ne pas le diffuser, lui préférant des performances de la chanson en live. Cela viendrait du fait que la chaîne préférait la diffusion d’images avec mouvements de lèvres synchronisés.

Ceci étant, ça a été l’occasion de la voir interpréter la chanson avec, à ses côtés, David Gilmour, guitariste / chanteur des Pink Floyd qui a une grande importance dans sa carrière…

 

 

Eternal Kate

Grâce à Stranger Things, donc, la reprise de Running Up That Hill par Placebo ne devrait plus être en tête des résultats lors de recherches d’ici peu. Et, de vous à moi, rien que pour ça, merci.

Mais !

On va quand même noter un petit anachronisme. Car dans la série, lors de la fameuse scène avec Max, il s’agit en fait de la version remix de 2012 de la chanson. Version qui avait été enregistrée et utilisée pour les jeux olympiques de Londres.

Mais, bon, pour l’heure, ne boudons pas notre plaisir de pouvoir (re) découvrir, aux côtés d’une toute nouvelle génération, un des plus grands tubes de cet incroyable artiste.

Et mon petit doigt me dit qu’on a pas fini d’entendre parler d’elle…

 

Il était une chanson…

Running Up That Hill – Kate Bush

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

74280cookie-checkIl était une chanson… Phénomène.
Partager cet article via :
Brice

Brice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top