Les rescapés de l’Amour

L’amour est, depuis toujours, le sentiment le plus cher aux yeux des poètes, écrivains, chanteurs et peintres. C’est le sujet le plus utilisé dans l’œuvre des grands artistes. La grande Histoire, elle-même, est truffée de belles histoires d’amour. On pense immédiatement à Shah Jahan qui construisit le Taj-Mahal en guise de tombeau pour sa regrettée épouse Mumtaz Mahat ; à Cléopâtre et Marc-Antoine dont l’idylle impossible les mena au suicide ; ou à Bonnie et Clyde qui vécurent leur passion en terrorisant l’Amérique ; ou encore à Richard et Mildred Loving, le premier couple mixte des USA qui obtint le droit de se marier. Ainsi, l’amour a toujours parsemé les différentes époques de sa magie et de sa puissance. Les grandes romances ne manquent pas. Mais peut-être, celle-ci vous aura-t-elle échappé.

Nous sommes le 25 janvier 1962. Le vol 122 du Boeing 707 à destination de Milan vient de décoller de Vienne en Autriche. A son bord, 162 passagers et membres d’équipage dont Gianluca Lana, 19 ans, ainsi que ses deux parents, de retour d’un séjour chez un oncle expatrié. Au moment où l’avion survole les Alpes autrichiennes, un défaut de l’altimètre entraine le crash de l’appareil, faisant 158 morts et 4 rescapés dont le jeune Gianluca, désormais orphelin. Victime d’un trauma crânien et de multiples fractures dont une très grave au fémur gauche, il est pris en charge à l’hôpital d’Innsbruck.

crash/aile crash/roues

« Lorsqu’il est arrivé aux urgences, sa jambe gauche était presque entièrement sectionnée, ne tenant plus que par quelques fibres musculaires. »

Greta Nemec, infirmière à Innsbruck.

Le docteur Probst doit rapidement prendre une décision concernant la jambe gauche du patient italien. Tenter l’impossible pour la sauver ou l’amputer et éviter ainsi des complications. La jeunesse de Gianluca Lana et son apparente bonne forme physique font pencher la balance vers la sauvegarde du membre effroyablement blessé. Au prix d’une opération complexe et de nombreuses broches traversant la cuisse et le mollet de part en part, la jambe du lombard est sauvée. S’en suivent 4 semaines pendant lesquelles Gianluca ne quitte pas l’hôpital autrichien pour être rapatrié dans un établissement milanais. En effet le docteur Probst veut être certain que le patient se remette suffisamment avant de rentrer au pays. Il demande à la jeune infirmière Greta Nemec de garder au maximum son chevet pour s’assurer de ses progrès.

« A chaque fois que j’ouvrais les yeux, après un sommeil facilité par les anti-douleurs, elle était à côté de moi, dévouée et fidèle. Un amour. »

Gianluca Lana.

Greta passe ainsi beaucoup de temps avec Gianluca. Elle est témoin de ses souffrances, de ses moments de désespoir, mais aussi de sa ténacité et de son courage face à l’adversité. Se créé ainsi entre eux un lien particulier. Son visage de jeune adulte et son sourire, sans oublier son accent italien ne la laissent pas indifférente. Son corps plantureux, son regard bienveillant et son opiniâtreté à l’aider le séduisent indéniablement. Mais Greta est inaccessible, et la barrière de la langue n’a rien à voir là-dedans. Elle a 26 ans, soit 7 de plus que lui, ce qu’il trouve énorme, et son alliance ainsi que quelques autres indices glanés au fil des jours lui font comprendre qu’elle est mariée. Pourtant, malgré sa jeunesse, il lit dans certains de ses gestes que cette attraction est réciproque. Elle reste très professionnelle bien sûr, mais il a l’impression que sa santé n’est pas la seule chose qui lui fait passer tant de temps avec lui.

jambe brisée

« Il fallait bien que cela arrive un jour, mais son départ a été un vrai déchirement. Gianluca n’était pas un patient comme les autres. C’était un homme d’un courage indescriptible. »

Greta Nemec.

Gianluca est accueilli en héros lors de son atterrissage à l’aéroport de Milan-Malpensa, le 2 juin 1962. Malgré les puissants somnifères qu’il a ingérés pour supporter le vol, moins de 130 jours après l’accident, il apparait souriant devant les nombreux caméramans et photographes présents. Il va vivre quelques temps chez son oncle et sa tante en attendant de prendre son indépendance, un nouveau départ difficile pour ce jeune adulte. Son rêve d’enfant était de devenir pompier professionnel, mais sa claudication que les médecins lui ont prédit irréversible l’oblige à changer de voie. Il s’inscrit dans un cursus scolaire adapté afin de devenir guide touristique. Son abnégation lui permet de réussir haut la main et à l’été 1965, il rentre dans la vie active. Pendant les 3 années qui suivent, il travaille pour plusieurs tour-opérateurs en tant que spécialiste de la Sicile.

« Pendant quelques mois, j’étais une célébrité, le rescapé comme ils disaient. Mais cela s’est vite estompé et j’ai dû faire mes preuves. »

Gianluca Lana.

Le samedi 8 juillet 1967, Greta Nemec et son mari Gernot atterrissent à l’aéroport international de Palerme pour un court séjour, afin de fêter leurs 10 ans de mariage. Gianluca ne devait pas être leur guide ce jour-là. En effet, il remplace au pied levé un collègue souffrant. C’est un hasard à peine croyable, et dès que Greta croise son regard, elle le reconnait et manque de tomber dans les pommes. Dans un réflexe quasi pavlovien, Gianluca la prend dans ses bras et la serre contre son cœur. Durant toutes ces années, ils ne se sont jamais contactés. L’infirmière autrichienne avait suivi son retour au pays grâce aux journaux mais n’avait jamais osé chercher ses coordonnées. De son côté, le milanais avait secrètement choyé le visage de son ange gardien, sans tenter quoi que ce soit, par respect pour son mariage.

« Le séjour a été horrible. Je cherchais constamment à passer du temps avec Gianluca. Mon mari, à qui je n’avais par ailleurs rien à reprocher n’était pas dupe. Mais l’amour, le vrai, avec un grand A, devait triompher. »

Greta Nemec.

amour

De retour à Innsbruck, Greta ne peut plus vivre dans le déni. Elle est folle de Gianluca et elle sait que c’est réciproque. La vie les a fait se rencontrer 2 fois dans des circonstances invraisemblables, les signes étaient assez clairs. Alors elle prit son courage à deux mains et entama de fastidieuses démarches de divorce. Après maints aléas, des allers/retours ruineux pour les deux amants, elle finit par obtenir gain de cause et, en janvier 1969, s’installa auprès de l’amour de sa vie à Milan. L’horloge biologique étant cruelle, ils ne devaient plus trainer pour fonder leur famille rêvée. Ainsi, ils vécurent heureux le reste de leur vie, entourés de leurs deux enfants, puis de leurs 5 petits-enfants. Gianluca et Greta, dont la destinée est digne des plus grands romans d’amour, ont soulevé des montagnes pour vivre leur passion, dans une entente fusionnelle à nulle autre pareille.

« L’amour triomphe de tout » disait déjà Virgile en 37 avant Jésus Christ. Sa magie peut frapper n’importe où, n’importe quand et notre instinct, aussi faible soit-il, ne peut se tromper lorsque nous sommes l’être touché. Gianluca et Greta en sont la preuve vivante. Enfin pas tout à fait pour être complètement honnête. Si vous ne connaissiez pas cette histoire, c’est normal. Elle sort directement de mon imagination, je l’avoue piteusement. Ceci étant dit, si vous avez gobé mon récit, c’est que vous croyez encore en la magie de l’amour et que tout n’est pas complètement foutu finalement…

69830cookie-checkLes rescapés de l’Amour
Partager cet article via :
L'homme des cavernes

L'homme des cavernes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top