Cécile Coulon, Une bête au paradis

Cécile Coulon est une jeune auteure déjà bien installée dans le paysage littéraire français. A 31 ans, elle a publié, entre autres, 8 romans, 3 albums de poésies et un recueil de nouvelles. Mais aujourd’hui, je vais m’attarder sur son septième ouvrage intitulé Une bête au Paradis. C’est sans doute le texte le plus glaçant de sa bibliographie. Il est de ceux que l’on ne peut pas lâcher, même si l’on est fatigué, quand bien même il est tard et que l’on se lève à l’aube le lendemain. Il se lit d’une traite, le temps d’un souffle retenu, d’un battement de cils. Cette lecture est une expérience dont on ne ressort pas indemne.

“Emilienne ressemblait à ce que la terre avait fait d’elle : un arbre fort aux branches tordues.”

Le personnage principal de ce livre est une ferme isolée surnommée Le Paradis. Rustique et dans son jus, elle semble vivante. Elle donne vie à l’intrigue. Emilienne en est la patronne, après la mort de son époux des suites d’une maladie des poumons. Cette veuve n’est décidément pas épargnée par l’existence, puisque qu’elle perd également sa fille unique et son gendre dans un tragique accident de voiture. En plus de la gestion de l’exploitation, elle se voit ainsi confier la garde de ses 2 petits-enfants, Blanche et Gabriel. Malgré son courage et sa vaillance à la tâche, difficile d’assumer une charge aussi lourde. Ainsi, elle accueille un jeune commis, Louis, qui, pour fuir les coups de son père accepte de venir vivre et de travailler au Paradis.

“Larmes, colères et coups sont des fleurs qui poussent en toute saison, même dans des yeux secs, même dans des corps aimés, même dans des coeurs réparés.”

Gabriel, au-delà de la perte de ses parents et de la souffrance bien légitime qu’elle engendre, n’est pas fait pour la vie à la ferme. A contrario, Blanche se relève rapidement, et par mimétisme, devient le pendant d’Emilienne, tant dans la volonté que dans la qualité du travail. Bien aidée par le non moins valeureux Louis, la succession semble en très bonne voie jusqu’à l’apparition d’Alexandre. Le beau camarade de classe de Blanche va semer la zizanie dans cet équilibre déjà précaire au sein de l’exploitation agricole. Et c’est un huis clos qui débute sous les yeux du lecteur, animé par ces personnages forts en caractères et entiers. De déceptions en trahisons, de l’amour à la haine, qui sera la bête au Paradis ?

Cécile Coulon
Cécile Coulon

Cécile Coulon s’intéresse depuis toujours aux gens simples et à la force des sentiments qui les anime. Sa quête de sincérité, des choses vraies, est particulièrement palpable dans ce livre. Avec son écriture sans détour, elle déroule une tragédie où chaque personnage marche vers son inéluctable destin, sans sourciller ni mettre de l’eau dans son vin. La rudesse de leurs états n’a d’égale que la force de leurs déterminations. Chacun à son niveau a une perception inébranlable de ce que doit être la vie et n’en démord pas. La narration met le lecteur sur des rails qui le mènent dans un univers psychologique oppressant. Cécile Coulon est décidément douée pour nous faire rentrer dans ses histoires, nous faire ressentir la froideur de la nuit, la force des sentiments, la violence des hommes.

“Il arrive, parfois, que les choses aillent à leur propre vitesse, sans se soucier de ceux qui sont blessés, ou de celles qui le seront bientôt.”

Ecrire un huis-clos en plein-air et en rase campagne, il fallait oser. Or, c’est fait avec maestria. Une bête au paradis m’a fait penser à Stephen King, David Foenkinos, ou encore Ian McEwan. Trois auteurs majeurs face auxquels Cécile Coulon n’a absolument pas à rougir, tant sa plume est affûtée et cinématographique. Sa jeunesse ainsi que sa déjà solide expérience d’auteure donnent un coup de fouet à la littérature contemporaine française. Elle est de celles qui donnent envie de lire. Mais au-delà, elle est de celles et ceux qui donnent envie d’écrire. Cécile Coulon est une écrivaine inspirée et inspirante, définitivement.

Une bête au paradis est disponible aux éditions Le Livre de poche.

67800cookie-checkCécile Coulon, Une bête au paradis
Partager cet article via :
L'homme des cavernes

L'homme des cavernes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top