La virilité et son influence sur la santé mentale

La virilité, c’est le symbole de l’homme fort. Remise en cause par certains, son impact pourrait être plus néfaste que ce qu’on pourrait croire, pouvant mettre à mal l’homme dans la construction de sa personne, dans la prise en compte de sa santé mentale, et même jusqu’à sa santé physique.

movember moustache

Source de l’image : https://fr.movember.com/about/mental-health

La virilité, c’est quoi ?

 

« Tu brilleras par ta force physique, ton allure dominante, ta posture de caïd et ton sexe triomphant pour mépriser les faibles. »

 

Ces mots, ce sont ceux d’Eddy de Pretto. Dans sa chanson Kid, Eddy de Pretto décrit finement la virilité, ce qui en est attendu, ce que doit être un homme viril, ce que ne doit pas être un homme viril.

 

Dans sa définition la plus simple, le Robert nous décrit la virilité comme étant l’ensemble des attributs physiques, mentaux et sexuels de l’homme. La virilité, c’est aussi une question de vigueur, c’est la puissance sexuelle de l’homme. Historiquement, la virilité est définie comme un homme qui serait dans la « vigueur de son âge ».

Ce qu’il faut comprendre de ces définitions, c’est que la virilité désigne la capacité d’un homme à être un homme : sa force, sa puissance, sa domination. Par extension, l’Histoire et les constructions sociétales ont créé toute une image autour de cette notion : le guerrier antique ou le chevalier par exemple furent des symboles de virilité. Ce qui a conduit à en définir un modèle physique : l’homme fort et puissant, grand, musclé, qui n’a jamais mal. Et un modèle de comportement : dominateur, sur tous, dont les femmes notamment, fort mentalement, insensible, il ne souffre pas.

 

Santé physique, santé mentale et… virilité

Nous sommes en novembre, le mois de la moustache ! La moustache, symbole de masculinité, que certains soignent à longueur d’année car elle participe de leur style, de leur personnalité. Pour d’autres, ils ne l’arborent fièrement qu’en novembre, pour le mois, pour quelques jours, pour une soirée, comme un défi. Du mouvement Movember, beaucoup n’en connaissent que cette moustache. Pourtant, le Movember, c’est bien plus que ça.

Movember moustache

Source de l’image : https://fr.movember.com/

Le Movember, c’est un mouvement qui a pour but de mettre en avant la santé masculine. Le mouvement Movember s’attaque aux maladies masculines, telles que les cancers de la prostate ou cancers des testicules, mais aussi aux questions de santé mentale et de prévention du suicide.

L’espérance de vie des hommes est 6 ans inférieure à celle des femmes, en grande partie par la négligence des hommes vis-à-vis de leur propre santé. Parce qu’un homme ne peut pas souffrir, parce qu’un homme ne peut pas dire qu’il ne va pas bien.

La virilité joue un rôle important dans tout ça. La virilité, c’est une question d’honneur, de fierté, qui pousse les hommes à se croire forts, invincibles. Un homme viril ne souffre pas, n’est pas malade. Cette force, que l’homme a dû construire depuis son plus jeune âge, agit comme une triste façade. Elle l’empêche de le croire vulnérable. Ainsi, il néglige les dépistages, les grosseurs, les petites douleurs bénignes, qui n’en sont peut-être pas. Et les cancers se développent, tuent.

Pour ce qui est des problèmes de santé mentale, c’est encore pire. Les hommes ne sont pas souvent conscients d’un problème de santé mentale, car un homme est fort, il n’a pas ce genre de problème. Forcément, si un jour ils en prennent conscience, ils n’osent pas en parler, du fait des stéréotypes et de leur rapport à la virilité. Avouer un problème, c’est se montrer vulnérable, c’est ravaler sa fierté, c’est s’asseoir sur son honneur d’homme. Drôle de construction. Car demander de l’aide, alors que ce n’est pas simple, est un vrai acte de bravoure. C’est probablement l’étape la plus importante dans l’envie de se soigner.

 

Virilité abusive

La santé mentale, passe par le fait de se sentir bien dans son corps et dans sa tête. La société nous a appris à croire que pour être un vrai homme, il faut être viril.

« Mais moi, mais moi, je ne prône pas mon chibre. »

Kid – Eddy de Pretto

Si dans sa chanson Kid, Eddy de Pretto analyse précisément la virilité, c’est pour mieux la faire voler en éclats. Puisque c’est quoi finalement la virilité ? Ce sont des injonctions pour être un vrai homme. Et comment font ceux qui, comme moi, n’ont pas hérité d’un corps majestueux ? Si je ne suis pas vraiment courageux ou héroïque ? Je n’aime pas dominer les autres. J’ai le droit de montrer ma sensibilité ?

Dans la construction d’un homme, la virilité joue un rôle important. Elle est facteur d’intégration : elle aura un impact sur la place que je vais prendre au sein du groupe et dans les hiérarchies qui vont se créer. L’image que je vais renvoyer sera complètement dépendante de ma virilité : la pilosité, la musculature, entre autres. Et ça donnera ma place dans la société, où règne la loi du plus fort, virilité oblige. Cette « virilité abusive » laisse peu de place à ceux qui ne se sentent pas correspondre au modèle. Parce que chercher à y coller, à s’adapter, c’est prendre le risque de perdre la fidélité à sa personne. C’est ne pas se sentir à l’aise dans son corps, son esprit. C’est chercher à complaire, au détriment de sa personne, de sa santé mentale.

Dans son émission « Entre mecs », Ben Névert invite ses amis Toto, Omar et Alex Ramires pour une discussion sur la virilité.

Ils parlent de leurs expériences, et s’accordent sur le fait qu’ils ne se sentent pas virils, remettant en question cette construction, rediscutant sa définition. Ben Névert, dans un défi d’affronter ses peurs, dont celle de l’acceptation de son propre corps, a réalisé un shooting photo nu. En montrant ces photos à une amie, il rapporte qu’elle lui a répondu que : « ça dégage une sensibilité qui te rend hyper viril », soulevant le fait que montrer sa sensibilité, à l’inverse de la définition historique, pourrait rendre viril.

Est-ce que, dès lors, la virilité ne serait pas juste une notion à redéfinir ? Montrer de l’assurance, être soi-même, être sûr de soi, de manière sincère, honnête, ce ne serait pas seulement ça la virilité ?

Finalement, est-ce que la virilité est une notion dépassée, ou est-elle simplement une notion à redéfinir ?

 

 

 

 

61130cookie-checkLa virilité et son influence sur la santé mentale
Partager cet article via :
Julch

Julch

J'aime l'humour et la bienveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top