Il était une chanson… De Novembre

À la fin des années 80, au royaume des guitares électriques, le glam metal était roi.

Il s’agissait là d’une appellation pour désigner un genre de rock entre le heavy metal et le glam rock, dont les textes traitaient généralement de fête, de sexe et d’alcool. Mais qui avait la particularité de souvent inclure des “power ballad “ou “ballade rythmée”.

Ce glam metal était aussi surnommé hair’metal de par son autre particularité : les longues chevelures que ces rockers de tous poils arboraient.

Et au royaume du glam / hair metal trônait fièrement un groupe, vivant la fleur au fusil…

 

Il était un chanson…

November Rain – Guns N’ Roses

 

 

Certainement les derniers des géants du hard rock : William Bruce – dit Axl – Rose, Saul – Slash – Hudson, Michael “Duff” McKagan, Izzy Stradlin et Steven Adler formaient en 1985 les Guns’ N Roses, de la fusion de leurs précédents groupes : Hollywood Rose et L.A Guns.

Leur premier album, Appetite for Destruction, sorti en 87, demeure un des albums les plus vendus de l’histoire, avec pas moins de 30 millions d’exemplaires écoulés, porté par son single phare : Sweet Child O’ Mine.

En 1991, le groupe sort simultanément deux albums : Use Your Illusion I et II. Et entamera une tournée marathon – qui durera plus de deux ans – enchaînant les hits : Knockin’ on Heaven’s Door (reprise de Bob Dylan), Don’t Cry, Welcome to the Jungle, You Could be Mine (de la b.o de Terminator 2) et la chanson qui nous intéresse aujourd’hui, probablement la plus symbolique du groupe et de toute cette époque : November Rain.

“Patience”

Power ballad (donc) par excellence, November Rain paraît sur le premier volume de Use Your Illusion.

Ce n’était pas leur première chanson du genre mais, cette fois, les Guns voyaient les choses en grand… et en plus long : 8 min 57 secondes, un fond orchestral, un solennel Axl au piano et non un, ni deux mais trois (!) des plus beaux solos de Slash. Le tout accompagné d’un clip pharaonique.

Il faut dire que la chanson traînait dans les cartons d’ Axl depuis une petite dizaine d’années : depuis les L.A Guns. À chaque fois qu’il rencontrait un piano, il en jouait les premières notes et chantait quelques paroles. Elle était “cool” mais il ne “savait pas quoi en faire“. Seule certitude, son titre : November Rain.

La chanson sera jouée une première fois, lors d’un concert en 85, dans une version unplugged de plus de 4 minutes. Slash, dans son autobiographie, raconte qu’une version de 18 minutes a été enregistrée lors d’une session d’enregistrement avec Manny Charlton du groupe Nazareth en 86. C’est lors de cette dernière qu’il improvise un des solos, sans pour autant préciser lequel.

Mais si November Rain a mis autant de temps à être finalisée, c’est à cause des nombreuses divergences musicales entre les membres des Guns. Slash et Duff étaient déjà farouchement opposés aux ballades alors quand Axl annonçait qu’il y ajouterait bien un ton symphonique…

C’est pourtant lui qui aura le dernier mot. Un single verra le jour en juin 1992, plusieurs mois après la sortie de l’album.

 

 

Knock, Knock, Knock… À la bonne porte

L’autre grand artisan de ce projet est Matt Sorum qui remplacera Steven Adler à partir de 1990. Ancien batteur de session, et du groupe de Tori Amos. Sa formation classique va contribuer à apporter la sensibilité recherchée par Rose. C’est aussi en s’inspirant d’Elton John – dont Axl est un grand fan – et plus particulièrement de la chanson “Don’t Let The Sun Go Down on Me” , que November Rain va prendre forme.

Sorum a travaillé sur les arrangements de beaucoup de chansons de ce genre et, pour lui, les Guns étaient un super groupe de rock, mais manquait de … dynamisme (!). Il va leur apporter les nuances nécessaires à la réalisation d’une telle chanson, enrichissant aussi leur vocabulaire musical avec des mots tels que “Pianissimo” (silencieux), “Mezzo Forte” (moyennement fort) et “Double Forte” (soit : “Jouez fort, comme d’habitude”).

Il expliquait par là même au groupe, qu’il verrait bien plusieurs sections dans ce morceau, un peu comme dans Bohemian Rhapsody ou Stairway to Heaven :

“Ce doit être un voyage. Vous devez emmener les gens en voyage avec cette chanson.”

En fait, le groupe verra même plus loin, car November Rain forme une trilogie avec Don’t Cry et Estranged. Bien que ça n’ait jamais été officialisé, il suffit de comprendre l’intentionnalité de Sorum d’avoir joué le même rythme de batterie sur ces trois chansons, et de voir la direction artistique empruntée dans les clips pour la voir, et l’entendre, alors se former.

 

 

“Welcome to The Desert”

November Rain c’est aussi un des clips les plus iconiques des années 90. On a tous l’image de Slash en plein désert, filmé par hélicoptère, veste en jean ouverte sur torse nu, cheveux au vent et clope au bec pour son fameux solo.

Ce clip, réalisé par Andy Morahan, et qui remportera le MTV Music Video Award pour la meilleure photographie en 1992, a coûté pas moins d’un million cinq cent mille dollars. Ce qui en fait un des clips les plus chers de tous les temps.

Mais l’histoire qui se déroule sous nos yeux n’est pas directement (bien que…) liée au sens des paroles de la chanson. Dans son texte, Axl Rose évoque les moments difficiles que peut rencontrer une relation amoureuse et invite à s’accrocher et à les surmonter.

Le clip, lui, est inspiré d’une nouvelle : “Without You” de Del James paru sur son recueil “Le langage de la peur”. Dont ce dernier en a trouvé l’inspiration de la relation entre Axl Rose et le modèle Erin Everly. Vous suivez ?

“You Could be Mine”

Del James était à l’époque un ami proche des Guns, ainsi que leur biographe officiel. Axl Rose – que tout le monde sait complètement déjanté (mais aussi un peu toxique) – entreprit, au début des années 90, de demander Erin en mariage disons… À sa façon.

Oubliez la bague, le genou à terre, les fleurs et la sérénade.

Le chanteur s’est rendu chez elle avec un fusil et a menacé de se suicider si elle lui répondait “Non”. Par amour, ou pour ne pas tester la sincérité de la déclaration, Erin accepte, mais demandera le divorce un mois plus tard.

Del James, lui, racontera l’histoire de la déchéance d’une ancienne rock star qui se remémore divers épisodes d’une histoire d’amour, achevée par le suicide de la femme avec une arme à feu. Axl romance alors la nouvelle dans le clip. Choisissant le thème du mariage du couple, avant que la pluie ne s’invite à la fête…

Mariage heureux, dit-on ?

L’actrice, mariée de November Rain, est Stéphanie Seymour et était, pour l’anecdote la petite amie d’Axl à ce moment là.

Et pour être tout à fait complet : Axl tirera des extraits de cette même nouvelle pour l’écriture de Estranged. Et le thème du suicide sera à nouveau abordé dans le clip de Don’t Cry par le même réalisateur et avec la même actrice. La trilogie…

 

 

“Nothin’ lasts forever”

Probablement le dernier gros succès des Guns. L’album qui suivra, The Spaghetti Incident ?, contenant les reprises des chansons punk qui les a inspirés, n’a pas franchement marché.

Et les frasques d’Axl, les choix de carrière de Slash, les excès en tous genres mais aussi l’avènement du grunge auront raison d’un des plus beaux mariages de tous les temps : celui de la voix d’Axl Rose avec la Gibson Les Paul de Slash.

Mais “rien ne dure éternellement…”

Pas même les séparations de ceux qui sont destinés. Et ils finiront par se réconcilier dans les années 2010.

Après tout, c’est ce que dit la chanson…

Et pour l’heure, je vous invite, une fois de plus, à faire ce voyage d’une dizaine de minutes. Le temps d’une petite bal(l)ade sous la pluie fine de Novembre.

 

Il était une chanson…

November Rain – Guns N’Roses

 

 

 

 

 

 

 

 

59090cookie-checkIl était une chanson… De Novembre
Partager cet article via :
Brice

Brice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top