J’ai 56 ans et demi.

En réalité, j’ai 57 ans en mai 2021, mais je ne les fais pas. C’est en tout cas ce que dit mon entourage bienveillant. Tu ne vieillis pas, Phil, tu mûris. Ouais, dans 20 ans, je mûrirai peut-être. Marre de l’âgisme. Et coup de gueule sur maintenant.

On connaît tous ces films américains ou français au scénario écrit sur un ticket de métro : un homme ou une femme se réveille un matin… il a 18 ans… Ou elle, 13. Avec leurs acquis et cerveau d’adulte. S’en suit une série de quiproquos.

A-t-on déjà pensé à l’inverse ?

Imaginez : un enfant devient adulte en une nuit

Il a la possibilité d’appréhender les joies et peines d’une grande personne. L’on me dit que ce thème a déjà été abordé dans le film Big avec Tom Hanks en 1988. T’ain, j’étais déjà adulte quand ce film est sorti.

D’accord, mais le gamin ne pourrait-il pas devenir plus vieux encore ? Genre mon âge quoi.

Pour ensuite en retirer quelques leçons pour son vrai à venir.

Pour, aussi, trouver des réponses à toutes ces questions qui ne font pas que du bien dans sa vie d’ado tourmenté.

Et, déjà, pour trouver quelque apaisement, et se dire que cela va aller, qu’il faut sortir, bouger, faire du sport, écrire et aimer. Desserrer l’étreinte et profiter de sa vie d’homme qui commence à peine.

Mais voilà, j’ai cinquante-six ans et demi, et ça coince, un peu partout, et tous les jours un peu plus. Cela s’appelle la vie, cela s’appelle la nostalgie, la mélancolie, le temps qui passe, “celui dont il faut commencer à mesurer sa valeur”, selon le chanteur Christophe. Ce temps qui blesse, efface ou glace.

Le baby-boomer que je suis (à un an près, hi hi) prend des coups. Dans tous les domaines.

Le quinqua au physique craquant

Le domaine de la santé, pour commencer. Pas encore vieux, senior, croulant… (ces mots qui en rajoutent une couche), mais en apprentissage en consommation de médicaments en tous genres. La pilule a du mal à passer.

publicité Youtube seniors
Tandis que je téléchargeais “Avec le temps” de Ferré, cette pub ciblée.

Ce physique qui me lâche… ces nuits qui ne me font pas récupérer. Tel Cendrillon, interdit de sortie après minuit sous peine d’encaisser pendant des jours. Bon OK, sur le coup, la pandémie me met sur le même plan que les sorteurs dont je fis partie dans les années 90’.

Ces joggeurs-là aussi qui m’emmerdent, à parfaire leur condition alors que moi, je cours après le temps, ce salaud.

Et puis, je passe rapidement sur ces nouvelles musiques inaudibles, la vue qui baisse, sur le sexe qui baise plus, sur le marketing commercial qui te parle de ‘prostate’, de ‘retraite’, de ‘compléments alimentaires’ et autres monte-escaliers électriques.

CQFD : querelle musicale et guerre des générations

Le poids des ans, le choc du bilan au boulot

Le boulot ensuite… C’est infime au début. On t’invita à une réunion RH sur les seniors quand t’as à peine passé le cap des 45 ans, tu glisses vers la sortie… alors que tu n’en es qu’à la moitié de ta carrière professionnelle. Je l’ai vécu.

Les efforts à accomplir pour rester au top dans ta profession, les collègues un peu plus âgés plus que toi qui quittent la société, heureux… ou forcés…, l’annonce du décès d’un autre collègue, un ancien, quoi. Ces réunions, à présent en visio, où tu es le plus âgé, mec !

Bien fait pour ma gueule, tiens. En 1991, j’étais un jeune gestionnaire dans une compagnie d’assurances. Devant une collègue de 25 ans mon aînée, qui se plaignait de tout et de rien, je lui ai sorti : « Jacqueline, le monde de l’assurance de Papa, c’est terminé ! » Je pris une raclée verbale méritée.

Et oui, moi aussi j’ai pratiqué l’âgisme, ce « préjugé contre une personne ou un groupe en raison de l’âge ».

Les enfants de 1964
T’es vieux si ta photo de toi bébé est en noir et blanc.

Sondage express chez les presque papys

J’ai posé trois questions à quelques quinquagénaires de ma Time line de Twitter.

D’abord : « Que ne sais-tu plus faire à présent que tu pouvais faire à 30 ou même 40 ans ? » La majorité des répondants me répond activité physique et sportive… Trop de sport tue le corps, pas assez aussi, semble-t-il… Le corps est sévère. Il retient. Mais il lâche la mémoire, la difficulté à apprendre de nouvelles choses… Comme un moteur encrassé qui demanderait une sérieuse révision.

« Te sens-tu bien dans cette société en tant que quinqua ? Job, vie perso, autre… »

Chacun a son propre point de vue. L’un se reconnecte à lui-même, s’accepte bien mieux qu’auparavant puisqu’il se connaît mieux (la fameuse expérience…). Tous reconnaissent une certaine stabilité financière, bien utile pour affronter cette crise… et préparer la retraite. La retraite, mot fort, comme un abandon, aussi une période durant laquelle les revenus baisseront considérablement alors que les dépenses de santé augmenteront.

D’autres regrettent comme moi, le départ ad patres de leurs idoles, déplorent les choses qui leur échappent, ces nouveaux mots, ces nouvelles techniques, ce monde qui va (trop) vite, ces perspectives grises de notre monde, et pas que pour nous… On pense à nos enfants et à nos petits-enfants.

A-t-on bien fait pour nos descendants ? Pour les générations qui vont nous remplacer ? Certains militants nous font passer pour des égoïstes, des profiteurs, des pollueurs. C’est facile de juger. Venez vivre comme nous vivions dans les années 80. Qu’avons-nous fait de si horrible ? Et nous n’avions pas de réseaux sociaux pour nous plaindre, hu hu.

La vie, la famille, les sentiments

J’arrive à un âge « compliqué »… des enfants qui grandissent… dont on doit encore s’occuper… « mais plus pour très longtemps Papa, on gère hein…. », des parents qui redeviennent enfants, dépendants.

Entre le marteau et l’enclume… Sans doute dur à lire… mais qui s’occupe de nous ?

Alors je m’occupe de moi. Une vie de couple qui se termine, sans colère, avec tristesse. Une vie de célibataire vieux en vue.

« Quelles sont les trois choses que tu veux faire ABSOLUMENT d’ici 10 ans ? »

Se remettre en forme, prendre du recul, « retrouver la fraicheur mentale & émotionnelle qu’on peut avoir à 20 ans ». Cela, je valide des deux mains.

Voyager (quand on pourra à nouveau !), créer quelque chose (un nouveau livre ?), réaliser ce qu’on a toujours reporté. Une petite maison à la campagne, un achat plaisir, un « je ne fous rien, je profite » aussi.

Pour ma part, je mets des choses en place, hein ! Je ne suis pas à plaindre. J’écris, je médite, je marche beaucoup.

Je pense que, malgré tout le blues évoqué ci-dessus, il me reste encore de très belles années de bleu. Et vous ? Répondez en commentaire.

 

(Merci aux potes qui ont répondu à mon petit questionnaire)

44360cookie-checkJ’ai 56 ans et demi.
Partager cet article via :
Phil DKP

Philippe Schoepen

copywriter

Copywriter belge francophone

3 thoughts on “J’ai 56 ans et demi.

  1. Que penses-tu de la Minge qui a 23 ans de plus que toi et qui ne se plaint pas trop et qui espère vivre pour connaître ses petits enfants.❤️

  2. Tout simplement émouvant ton texte ! J’ai pris beaucoup de plaisir à te lire et encore une chose «  ne lâche rien «  😊

  3. Je suis 3 ans derrière mais ça va. Ma coiffeuse m’appelle toujours “jeune homme”.
    Je pense que garder un esprit jeune et ouvert permet de maintenir l’illusion.
    Et non Philippe, la reprise de “3ème sexe” par Christine & the Queens n’est pas à mettre à la poubelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top