Lettre à Toni Morrison

Toni Morrison

Chère Toni Morrison.

J’ai longtemps hésité à t’écrire cette lettre tant tu es une immense auteure et tant je suis un minable microbe. D’ailleurs, je me permets de te tutoyer car je sais que dans ta langue natale, le vouvoiement n’existe pas. Et puis comme tu es partie il y a deux ans déjà, je ne prends que peu de risques quant à une hypothétique remontrance. Tu as quitté le monde des vivants, c’est un fait, mais tu auras toujours ta place dans la bibliothèque des passionnés de littérature. Et dans mon cœur aussi, je dois te l’avouer.

Je sais bien que l’on ne mesure pas le talent aux prix et autres récompenses obtenus, mais quand même ! Après de courtes recherches, j’en compte 38 à ton nom, dont le prix « des arts et des lettres de l’Académie Américaine », le prix « Pulitzer » et le prix « Nobel de littérature » pour n’en citer que trois. Ton roman le plus populaire s’intitule « Beloved ». C’est aussi celui qui a fait exploser ta renommée dans le monde entier en 1987. Sans vouloir te vexer, j’étais trop jeune à l’époque pour ce genre de lectures, alors je l’ai découvert une dizaine d’années plus tard. Et depuis, sauf omission, je ne pense rien avoir manqué de tes écrits.

 

« Afin d’être aussi libre que possible dans ma propre imagination, je ne peux pas prendre de positions fermées. »

 

Celui de tes ouvrages qui m’a le plus cueilli est « Home », paru en 2012. Il est des livres qui changent notre vision du monde, qui instillent de la poésie dans nos cœurs et qui parfont notre philosophie de vie. « Home » est de ceux-là. Pour moi, il est dans la même veine que « Le Petit Prince » de St Exupéry et « L’Alchimiste » de Paolo Coelho. C’est un conte philosophique qui nous interroge sur la barbarie humaine, le devoir de mémoire et la capacité de résilience.

Franck revient au pays après la campagne de la guerre en Corée. Il est marqué au fer rouge par les atrocités qu’il a vues et vécues. Il doit retrouver sa jeune sœur à Atlanta, mais hanté par ses démons et désargenté qu’il est, le voyage n’est pas une mince affaire. De travaux avilissants pour subsister, en beuveries pour oublier l’enfer, le retour aux sources est un véritable parcours initiatique. Et quand les afflictions du présent font ressurgir les horreurs du passé, la quête du repos semble inaccessible.

 

Home de Toni Morrison
“Home” de Toni Morrison

 

« Je suis intéressée par la manière dont le passé affecte le présent et je pense que si nous comprenons mieux l’Histoire, nous comprenons beaucoup mieux la vie contemporaine. »

 

Tu abordes dans ce roman des thèmes chers à ton cœur. Evidemment, de prime abord, on pourrait penser que ces sujets ne me concernent pas. En effet, je ne suis pas afro-américain, je n’ai pas connu la guerre, pas plus que la ségrégation raciale. Pourtant, grâce à la justesse de ton écriture, tu as su raviver en moi ma conviction d’être un citoyen du monde. C’est un sentiment que nous sommes nombreux à avoir en nous, de notre enfance à notre début d’existence adulte. Mais l’entrée dans la vie active et les soucis que cela engendre, les problèmes de couples, le stress que l’on ressent pour nos enfants et leurs avenirs, sont autant de considérations qui tendent à étioler nos convictions de jeunesse, et à nous recentrer sur nous-même. C’est pourquoi je veux te dire à quel point les personnes comme toi sont indispensables.

Enfin, je voudrais te remercier, chère Toni Morrison, pour ces moments que j’ai passés penché sur tes livres. Mais aussi pour toutes les heures qui ont suivies, quand je réfléchissais grâce à toi au sens de la vie, à l’Histoire de l’humanité, aux raisons qui ont fait que le monde en soit arrivé là. Ta plume est unique, empreinte de poésie autant que de sagesse. Tu es dans la droite lignée des grands auteurs américains, d’Ernest Hemingway à Jim Harrison en passant par John Steinbeck. Barack Obama, dont l’amour de la littérature n’est plus à prouver, a dit qu’il ne serait jamais devenu la personne qu’il est sans ton œuvre. Pour te rendre hommage, il a même écrit : « Toni Morrison est un trésor national. Son écriture représente un superbe et profond défi à notre conscience et à notre imagination morale. Quel cadeau d’avoir pu respirer le même air qu’elle, ne serait-ce qu’un moment. ». Je ne vois pas ce que je pourrais rajouter (What else ?).

 

« L’avenir repose sur la possibilité de tenir le passé en respect. »

 

Rencontre Obama / Morrison
Rencontre entre Barack Obama et Toni Morrison

 

42860cookie-checkLettre à Toni Morrison
Partager cet article via :
L'homme des cavernes

L'homme des cavernes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top