L’Interview par les arts : Rencontre avec Olivier Norek

Pour notre seconde Interview par les arts, on part à la rencontre d’Olivier Norek, auteur et scénariste. Né à Toulouse, il fait des études de droit qu’il a, selon lui, « magnifiquement ratées » avant d’effectuer des missions humanitaires en Guyane, au Surinam et en Ex-Yougoslavie pour apporter des médicaments et du matériel médical.  Puis, il devient gardien de la paix puis officier lieutenant en commissariat et à la police judiciaire.

En 2012, il tombe sur un concours de nouvelles et arrive 3ème. Son profil surprend la maison d’édition. Son premier roman , Code 93, sera publié par la suite. Celui-ci devient une trilogie, puis les romans s’enchaînent. Il développe aussi un intérêt pour le scénario et crée un téléfilm Flic tout simplement avec Philippe Torreton. Il est également le scénariste de la Saison 6 de la série Engrenage. Ses livres penchent tous vers l’adaptation en scénario, un film et une série arrivant en 2021. Il est aussi auteur de BD, avec l’arrivée de son personnage phare, le Capitaine Coste, dans le monde de la bande dessinée. Ses romans ont été traduits douze fois au total, en suédois, en russe, en polonais, ou encore en anglais etc.

Son dernier roman, Impact, est sorti en Octobre 2020 aux éditions Michel Lafon, alors on se rend vite en librairie !

Olivier Norek

 

Merci à lui d’avoir répondu à nos questions, sur un principe de questions/réponses du tac au tac pour révéler ses goûts artistiques et ses inspirations.

 

La fléministe – Un livre qui vous rappelle votre enfance :

Olivier Norek – “L’histoire sans fin” de Michael Ende. C’est l’histoire d’un gamin seul un peu isolé qui va se cacher dans une librairie et découvrir qu’il va pouvoir aller vers d’autres mondes à travers les livres.

livre

Si vous deviez chanter une chanson par coeur sans aucun droit à l’erreur pour gagner 1 million d’euros, vous choisiriez laquelle ? 

Le fantôme de l’opéra en anglais, je la connais par coeur et je l’adore. L’opéra est assez moderne, il se joue depuis 40 ans à Londres, pour la première fois arrêté avec le covid, mais sinon il a été joué tous les jours pendant 40 ans. 

Si vous deviez vous créer un pseudo, quel serait-il : 

J’avais pensé mélanger mon nom : ça donne Keron, pour de la sciences fiction !

L’artiste que vous vous rappelez avoir découvert à l’école :

Pierre Perret, avec c’est chanson qui s’appelle “Lily” sur une femme noire qui arrive en France. 

Idir avec une chanson, “A vava inouva”, chanson magnifique sur la famille et l’amour avec un contexte politique. Sinon, la chanson de l’histoire sans fin.

Une musique qui résume votre année 2020 : 

Celle du film Antebellum, musique d’introduction, musique que je me repasse souvent, et évidemment les musiques de films faites pour provoquer quelque chose, l’envie de se dépasser, qui donne un souffle, donne envie de devenir un super héros, comme la musique d’Inception ou du dernier Dracula. 

Le premier plat que vous irez manger au restaurant dès que ce sera rouvert : 

N’importe quoi ! J’irai pour le lieu, retrouver des gens, je suis un garçon simple, une bonne côte de boeuf avec des frites, sauce roquefort. 

Un livre à lire pour se consoler quand on est triste :

Quoi c’est terminé sur la bouffe? On aurait pu en parler 3 heures !

Et si c’était niais, livre écrit par un garçon (Pascal Fioretto ndlr) qui va reprendre tous le styles des auteurs. Le livre reprend le titre du livre de Marc Levy et si c’était vrai et raconte le kidnapping d’Amélie Nothomb. On pense que les auteurs peuvent être coupables, Grangé, Angot etc, dans le livre ils sont jaloux du succès d’Amélie Nothomb. Cet auteur a réussi a caricaturer tous ces auteurs et c’est assez drôle quand on les connaît. 

L’histoire sans fin encore une fois, pour tous les âges.

 

Que représente votre photographie préférée : 

Alors c’est assez personnel, c’est une photo avec mon grand-père, qui était un artiste malheureux, qui voulait juste qu’on comprenne ses peintures et son travail, et qui n’a pas été reconnu. C’est le lot des artistes en France, les auteurs n’ont même pas de retraite en France, on est un peu considérés comme des troubadours. C’était un homme avec une grande fibre artistique, j’ai quelques-unes de ses peintures chez moi, je les trouve très belles mais je ne sais pas si je suis objectif. 

Si vous deviez vous faire un tatouage, quel serait-il :

Je me lasse très vite des choses donc si je devais m’en faire un, je ferais mon premier personnage qui est un policier inventé, c’est notamment le personnage qui fait que j’ai eu des lecteurs, Coste. 

Un film à voir pour se poser des questions importantes :

The man from Earth, l’homme qui venait de la terre. Ça se passe dans un salon et ils sont six, et y a plus d’action que dans un Avengers et à la fin ça explose plus qu’à la fin d’un Agatha Christie. 

Avec le film Dikkenek.

Le ou les auteurs qui vous ont donné envie de devenir écrivain : 

Il y a des auteurs que j’aime, mais ce qui m’a donné envie d’être écrivain c’est l’envie de raconter des histoire. Pierre Lemaitre, au revoir là-haut, Ken Follett, Dantec, Leș racines du mal, Salinger, L’Attrape-cœurs, le livre de mon adolescence.

Le personnage de film ou de pièce de théâtre qui vous ressemble le plus :

Je suis qu’un pauvre type qui écrit des bouquins dans mon cinquante mètres carrés, j’ai donc pas de grande place dans les histoires. Je me suis souvent mis dans la peau de ce pauvre écrivain dans Misery de Stephen King, qui en a marre de son héroïne alors il tue son personnage. L’auteur a un accident dans les montagnes américaines. Une femme lui sauve la vie et découvre le manuscrit. Or, le pauvre auteur va découvrir que c’est sa plus grand fan qui va le séquestrer et il a le temps d’un livre pour s’échapper.

 

misery

 

Mon héros préféré est Fantômas.

 

Fantomas

 

Un artiste que tout le monde devrait connaître :

Alexandre Astier, pour ses pièces de théâtre, celle sur Bach (Que ma joie demeure ! Ndlr), sur la physique quantique (L’Exoconférence ndlr), c’est l’un des artistes les plus intelligents qu’on ait en France en ce moment. 

astier olivier

Sur une échelle de 1 à 10, à combien notez-vous vos connaissances sur la mode ?

2/10 et encore je me la joue un peu, ce serait plutôt 1/10. Je me fiche de la mode car si j’ai un beau manteau, un pantalon, une paire de chaussure etc ça peut me durer 3 ans et moralement je m’interdis de multiplier les achats. Notre confort nous donne l’impression qu’on le paie en argent mais on le paie en vie humaine, à l’autre bout de la planète. C’est le sujet de mon dernier livre, Impact qui parle de terrorisme écologique. Je considère une grosse partie de la mode comme une grosse partie de l’art moderne : du gros foutage de gueule.

Avez-vous un talent artistique caché ?

J’ai eu un groupe de musique pendant un bout de temps, on a même fait un petit album, j’étais mélodiste et je joue du saxophone, c’est nul car on peut pas jouer tout seul, on peut pas l’emmener sur la plage pour draguer les filles et dans les groupes de rock on a toujours un solo un peu nul, donc c’est sympa mais pas le plus pratique. 

Et enfin, un art ou un artiste ou une oeuvre qu’on aurait oublié et que vous voudriez citer :

Un personnage très puissant qui écrit assez rarement, Maud Mayeras, qui écrit des livres ultras sombres mais en contraste a une grande faiblesse et une grande fragilité qui me touchent beaucoup et qui sont complétées par une grande force. 

On se retrouve vite pour une prochaine Interview par les arts ! Un grand merci à Olivier Norek d’avoir répondu à nos questions et surtout merci pour sa gentillesse, son humour et son humanité !

Dites-nous en commentaire ou sur les réseaux sociaux de quel artiste (musique, arts visuels, cuisine, humour, cinéma etc) vous aimeriez découvrir les goûts artistiques ! 

Découvrez notre première interview par les arts avec Lucie Carbone en cliquant ici !

40600cookie-checkL’Interview par les arts : Rencontre avec Olivier Norek
Partager cet article via :
Lola

Lola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top