Il était… Janis Joplin

Il était une chanson:

Janis Joplin (1ère partie)

 

 

 

Il était une fois…

Ou, plutôt, il était une voix…

Née un 19 Janvier 1943 à Port Arthur, au Texas, nommée :

Janis Lyn Joplin.

 

Une voix qui grandit en ayant du mal à trouver sa place dans le monde.
Elle se réfugie alors dans la peinture, son premier amour artistique, en s’ abreuvant de livres et en chantant pour la chorale de son école.

Très vite, Janis va se montrer en avance sur son temps.

D’enfant “marginale” à adolescente rebelle.
Décrochant rapidement de sa scolarité

Le lycée, puis l’université vont surtout lui être un prétexte à s’épanouir artistiquement et à commencer à chanter pour des petits groupes étudiants de Folk et de Blues Rock.
Sa voix, à travers le chant, va alors devenir sa façon de faire entendre de ce qu’elle voyait et jugeait “dégoûtant”:

“La société conformiste, violente, hypocrite, injuste et raciste.”

Pour affirmer cette singularité, elle va adopter un look “de mecs” et devenir un peu plus encore outrageante, adoptant un langage plus ordurier et prônant l’intégration des noirs.

On a peut-être encore du mal à l’imaginer en France aujourd’hui, n’ayant toujours d’elle que des images de la période hippie. Mais en 1960, alors, aux États-Unis et dans un état aussi conservateur que celui du Texas, les femmes n’avaient quasiment aucun droit !

Et alors qu’elle ne craint de s’afficher avec ses premiers flirts qui sont tant des hommes que des femmes, elle ne fait, malgré elle, qu’encourager les moqueries et railleries à son encontre déjà nombreuses, à cause, notamment, de son physique “ingrat”.

Une voix “à fleur de peau”, mal dans la sienne…

 

 

 

Janis Joplin s’est toujours su “moche”.

Elle qui en faisait alors une force pour montrer que les femmes avaient bien d’autres choses à revendiquer que des normes physiques  et ménagères, n’en souffrait pas pour autant, intérieurement.
Elle quitta d’ailleurs l’université avant d’obtenir son diplôme, humiliée, après qu’elle ait été élue: “Garçon le plus laid du Campus“.
Elle en gardera un vif et douloureux souvenir. Blessure intime dont elle puisera pourtant ressource, revancharde, pour montrer son talent au monde !

En 1963, elle quitte le Texas, en stop, pour rejoindre San Francisco. Puis s’installe alors avec son amoureuse Jae Whitaker. Mais si ces premiers amours sont féminins, ses premières passions sont l’alcool et les drogues dures.

Tout, pour noyer ses peines et panser ses blessures, dont la consommation va augmenter au fil des semaines et de ces premiers petits concerts dans les bars…

Poussée par ses amis proches, alors qu’elle en devient affaiblie, presque squelettique, elle va retourner à Port Arthur, afin de changer de mode de vie.

Destin, quand tu nous tiens…

 

 

C’est dans son Texas natal, alors âgée de 23 ans, requinquée, que Janis retourne derrière un micro.

Et ce soir là, elle sera repérée par un groupe de Rock Psychédélique de passage pour une tournée :

Big Brother and The Holding Company.

Elle les rejoindra le 04 Juin 1966, chez eux… à San Francisco.

Après un premier album enregistré au gré de leurs premiers lives, avec la voix Bluesy de Janis, ils vont, en 1968, signer un contrat de 4 semaines pour enregistrer leur premier album studio commun: Cheap Thrills.

Bien qu’ayant repris une importante consommation d’alcool, Janis est en grande forme ! Notamment lors de la session d’enregistrement de le chanson Summertime qui va devenir un de ses plus grands tubes populaires avec..:

Piece of My Heart

 

A l’origine, il s’agit d’une chanson jazzy interprétée par Erma Franklin, grande chanteuse de Gospel et, accessoirement, soeur ainée d’une certaine Aretha.

Janis va se l’approprier avec “son” groupe pour en faire un titre plus rock, flirtant même avec le Hard/Rock pour évoquer une histoire d’amour, unilatérale et… perdue d’avance… mais dans laquelle elle va se donner passionnément invitant son amant à:

“Prendre un autre bout de son coeur

 Alors qu’elle donnait déjà plus qu’il n’en fallait…

Qu’elle n’en pouvait…

Mais aussi et surtout:

Son histoire d’amour avec la musique.

Et si certains, les premiers à l’avoir vu sur une scène, juraient que sa prestance et sa voix auraient été capables d’invoquer des esprits..! C’était bien ses démons que Janis Joplin tentait d’exorciser alors, s’en donnant à coeur joie !

 Ou presque…

Quoiqu’il en soit, pour l’heure, il était une voix, il était une femme…
Pionnière et , aujourd’hui encore et toujours, symbole du féminisme !

Il était une étoile montante…
Et il était chanson, d’une femme passionnée, révoltée et amoureuse :

Piece of My Heart – Janis Joplin

19550cookie-checkIl était… Janis Joplin
Partager cet article via :
Brice

Brice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top