Il était une chanson… Et un citronnier !

Il était une chanson:

 

Lemon Tree – Fool’s Garden

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une autre chanson que tout le monde connaît par cœur.
Mais attention !!!
Je préfère prévenir:
Vous n’écouterez, probablement, plus jamais la chanson de la même façon après avoir lu l’histoire qu’il y a derrière…

Alors, si vous ne voulez pas vous gâcher un des titres phares de vos soirées Karaoké ou une de ces chansons “Feel Good” que vous chantez à tue-tête lorsqu’elle passe à la radio, n’allez pas plus loin !

Sérieusement…
J’aurai prévenu !

Si vous êtes toujours là, voici donc l’histoire (tragique) derrière:

Lemon Tree de Fools Garden

 

 

 

Fool’s Garden (ou Fools Garden) est un groupe Pop d’origine Allemande, formé en 1991 par Peter Freudenthaler et Volker Hinkel.

En 1995, ils vont connaître un succès planétaire grâce a un single en particulier, extrait de leur deuxième album Dish of the Day.
Le titre de cette chanson :  Lemon Tree.

Si je vous parle là de cette chanson que je pense être un véritable tour de force, c’est pour deux raisons :

I Wonder How…

 

La première est musicale;
Car cette chanson débarque sur nos ondes radio, en totale contradiction avec son époque :
Le Grunge, prédominant alors, s’essoufflait depuis la disparition de son plus grand représentant, pour pas dire créateur : Kurt Cobain.
(Je ne m’attarde pas pour le moment, c’est mon prochain article)
Et tandis que son second – et dernier – souffle se fait attendre, la Brit-Pop commence à se faire de plus en plus entendre.

Et le style Eurodance, dérivé du Disco, qu’on écoutait jusqu’alors principalement en discothèque, commençait à sous virer à travers les premières chansons de nos futurs Boys and Girls Band “préférés”…

(Chacun est libre de placer des guillemets où il veut, hein ! Moi, c’est “à cause” de mon premier “Amour”…)

Mais revenons en à nos citrons :

 

C’est dans ce contexte que vient s’imposer en tête des Charts: Lemon Tree.
Et c’est pas volé !
Une mélodie guillerette, dominée par de gros cuivres et un synthétiseur, accompagnée de violons et dirigée par la voix – presque – espiègle de Peter Freudenthaler donne à ce morceau 100% Pop, un air Beatlesien qui explique, à lui seul, le succès de ce morceau.

Ajoutez à cela un vidéoclip vraiment original (que je vous invite à re découvrir en fin d’article) et vous vous rappelez, instantanément, pourquoi cette chanson est un véritable tube.
Et nous à tant marqué !
Même si on est, il faut bien l’avouer, incapable de citer un autre titre de Fool’s Garden à ce jour.
Mais c’est bien là, la définition d’un One Hit Wonder après tout.

I Wonder Why…

 

La deuxième raison est dans ses paroles;
Pour celles et ceux qui s’y s’ont attardés, de prime abord, la chanson fait penser (elle est d’ailleurs écrite comme et pour ça) à un homme qui s’ennuie profondément un dimanche après midi, pluvieux, dans sa petite chambre:

“I’m sitting here in the boring room
It’s just another rainy sunday afternoon'”

Et qui se demande alors, s’adressant à une tierce personne, dans le refrain de la chanson: Pourquoi lui parler du ciel bleu puisqu’il ne voit (au mieux) qu’un citronnier ?!

“I Wonder How, I Wonder Why,
Yesterday you talk’ me ’bout the blue blue sky and all I Can see,
It’s just a Yellow Lemon Tree”

Une façon de parler du fameux spleen du dimanche et /ou de l’ennui, en général. (?)
Ou, peut-être même, d’aborder le thème de la dépression par la résilience, selon le fameux adage:

“Quand la vie vous donne des citrons, faites de la limonade (Citronnade) !”

Alors sifflons ! Fredonnons !
Dam, da, da da, dada, dee, dam dam !
Dam da dee da dee didam dam(ons) même !

Mais…

Attention ! Ultime Spoil Alert !!!

 

Il faut savoir que Peter Freudenthaler, auteur et interprète de la chanson, était, quelques temps auparavant, fiancé à une jeune femme originaire de France: Bénédicte Le Gall.
Et alors qu’ils devaient se retrouver pour un week-end en amoureux à la frontière Franco-Allemande, cette dernière se serait tuée dans un accident de voiture en percutant un arbre…
Un…
Citronnier.

De là…

Je n’ai même plus envie de vous citer quelque extrait de la chanson..
Je vous laisse le soin de la relire et de la traduire alors.
A l’envie…

Et de juger, par vous même, s’il pourrait bien évoquer le deuil de cette histoire.

Je n’ai même pas le coeur à vous faire l’habituelle partie :

“Quelques chiffres”

 

Puisqu’après tout, qu’est ce qu’on s’en fout du classement et des ventes après ça ?
(Classée 26ème des Charts et restée plus de 3 semaines numéro un, un peu partout en Europe !)

Cette chanson est toujours là, après plus de 25 ans, à nous mettre et redonner le sourire, en presque toute circonstance !
(Je vous épargne mes quelques pas de danse…)
A nous faire fredonner et chanter, plus ou moins faux, et…
Dim da da damer quand on a pas le moral.

Un vrai tout de force je vous disais !!!

Et, alors, pour l’heure, citronnade ou pas, il était une chanson :

14520cookie-checkIl était une chanson… Et un citronnier !
Partager cet article via :
Brice

Brice

6 thoughts on “Il était une chanson… Et un citronnier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top