Thon Mayo, des tatoueuses… pour vêtements !

C’est toujours le même dilemme…

J’aime les vêtements, et pouvoir arborer différents looks. Même si ne suis pas “Fashion Addict” et que j’ai toujours un temps de décalage avec les tendances présentées dans les magazines, je prends du plaisir à m’habiller.

Seulement voilà, en vieillissant, éthiquement, ça coince ! Fini le temps où je cassais mon PEL chez Primark, H&M, Promod et j’en passe. Alors oui, il m’arrive de succomber devant quelques pièces originales, comme des tee-shirts à messages ou dessins décalés, mais j’essaie de réduire ce type de consommation.

 

Doucement mais sûrement, je me tourne vers la seconde main.

 

J’ai souvent fouillé chez Emmaüs pour trouver la petite pépite, mais j’avais parfois du mal à trouver mon bonheur.

Par contre, quand j’ai découvert Vinted, j’ai compris que la seconde main pouvait vraiment répondre à mes attentes ! Du choix, des petits prix, il y avait de quoi… consommer ! Surconsommer.  Les tentations étaient grandes et ne collaient plus avec mon désir de me tourner vers un esprit plus minimaliste. Peu, mais mieux.

Ce n’est donc sûrement pas un hasard, de tomber à l’heure du déjeuner, sur le compte Instagram de Thon Mayo. Rien que pour l’originalité du nom et parce que j’ai faim, je clique.  Et là, je découvre des tatoueuses… de vêtements !

 

Les broderies de Thon Mayo
Les broderies de Thon Mayo

 

Le compte est récent, et je découvre alors la création d’un beau projet ! Eva et Palmyre nous expliquent tout sur leur Instagram !

 

Lecture de l’étiquette Thon Mayo

1) Upcycling 25 %

“Les vêtements que nous brodons sont tous issus de la seconde main et tous nos emballages sont réalisés à partir de chutes de tissu d’ameublement.”

2)Inclusivité 25%

“La mode n’ayant ni genre, ni morphologie, nous comptons rendre accessible nos créations à tout le monde et proposerons une sélection non-genrée et grande taille.”

3)Made in France 25%

“Nous avons choisi de travailler avec des fournisseurs basés en France et de préférence au plus près de nous, déjà parce qu’on les aime fort, et ensuite pour réduire l’impact écologique lié à nos trajets.”

4)Transparence 25%

“Partager le plus de choses possibles avec vous, c’est un peu notre priorité, alors n’hésitez pas à faire pareil ! Une question insolite, un problème ou même une peine de coeur, on est là !”

 

le concept en image

 

Le crowfunding de Thon Mayo

Pour pouvoir mener à bien ce projet, les filles ont lancé le 16 septembre 2020 (oui, il est frais leur poisson !) leur campagne de financement !

Elles ont même crée une petite vidéo de présentation très 90′ ! Ça me donne presque envie de boire un milkshake au Peach Pit avec Brandon et Dylan !

 

 

Parce que je suis curieuse et que je voulais partager encore plus d’infos sur ce projet, j’ai contacté Eva et Palmyre qui ont bien voulu répondre à mes questions !

 

Rencontre avec Thon Mayo !

Salut les filles ! La première chose qui m’intrigue ! Pourquoi ce nom ? 

Pour la petite histoire, c’est le nom du sandwich qu’on mangeait quand on a décidé de se lancer dans ce projet. Ah, ou alors c’était le nom du chien de Palmyre quand elle était enfant ? Ou le pseudo d’Eva sur Le Bon Coin ? Vraiment, impossible de se souvenir en fait !

Plus sérieusement, ce nom est parti d’une blague entre nous et plus le temps passait, plus c’était difficile de penser à autre chose alors on a décidé de le garder parce qu’il nous correspond plutôt bien ! Il reste en tête, il est drôle et il nous permet un éventail plutôt large de jeux de mots liés à la vie sous-marine.

(et moi, il me donne faim)

 

D’où vous est venu cette idée de concept ?

« ll y a 2 ans, Eva a eu envie d’ouvrir une friperie en ligne avec une sélection plutôt pointue et inclusive. Pendant ce temps, Palmyre brodait sur des t-shirts qu’elle vendait sur Etsy. On s’est donc dit « pourquoi ne pas unir nos forces et fusionner, comme dans Dragon Ball Z ? ». Le concept est venu tout seul : utiliser la broderie pour donner une nouvelle vie à ses vêtements et devenir ce qu’on aime appeler des « tatoueuses de vêtements ». »

On a envie de voir les résultats de cette danse de la fusion !

 

C’est quoi votre petit parcours pour en arriver là ? 

« Nous avons un parcours similaire mais à la fois très différent. Palmyre est diplômée en design de mode puis s’est tournée vers le graphisme et finalement vers le design textile. Eva a étudié le stylisme puis a été diplômée en graphisme et a travaillé un moment dans le milieu de l’édition. Ces parcours font qu’on se comprend sur énormément de choses mais aussi qu’on se complète sur d’autres.  Palmyre va par exemple être plus à même de gérer la partie production et technique, alors qu’Eva va être plus à l’aise d’un point de vue commercial ou dans la communication. En revanche, étant toutes les deux graphistes/illustratrices, il était important pour nous de continuer à créer les designs toutes les deux. »

 

Où allez-vous être situées ?

« En ligne, pour le moment ! Nous comptons aussi nous déplacer régulièrement pour participer à des évènements (partenariats avec des fripes/concept stores/boutiques, marchés de créateurs, pop up, festivals…). Mais c’est vrai que pour le moment, la boutique physique n’est pas encore à l’ordre du jour ! »

Un vraie originalité dans les marchés de créateurs où on peut facilement avoir le sentiment de voir souvent les mêmes choses sans faire de réelles découvertes.

 

 

 

 

Quels sont vos réseaux sociaux préférés ? 

« Notre médaille d’or va à Instagram ! Pas mal critiqué pour ses dérives et sa course à l’influence, mais on retrouve tellement de créativité et de personnalité sur ce réseau. Pinterest, c’est très chouette aussi, surtout quand comme nous, on pourrait passer des journées à faire des mood boards* sur absolument tout. Et Twitter, pour s’éduquer sur des sujets politiques et sociaux. »

*Un mood board, aussi appelé planche de tendances, est un type de collage qui peut être composé d’images, de texte et d’objets selon le choix de son créateur (source Wikipédia)

 

 

Et vos comptes coup de cœur  ? ❤

On pourrait vous faire une liste longue comme le bras mais on va s’en tenir à quelques comptes Instagram qu’on trouve inspirants et/ou importants.

@makemyclothesgreatagain pour tout comprendre sur l’impact écologique de la fast fashion, sur les alternatives responsables et qui donnent des idées de réponses face aux gens qui veulent absolument faire de vos choix un débat en soirée ou pendant un dîner de famille.

@corpscools un compte merveilleux et militant créé par une amie qui parles des gros.ses, des corps et des normes pour comprendre d’où vient la grossophobie et mieux la détruire

@claravictorya une Youtubeuse qui n’achète rien de neuf, partage ses bons plans fripes et fait de l’upcycling impressionnant de vêtements !

@decolonisonsnous selon nous, un compte essentiel pour s’éduquer sur les questions anti racistes au quotidien

@lenamahfouf l’une des YouTubeuses les plus populaires de France, elle n’est pas (encore) dans la mode responsable mais elle a l’énergie positive d’un petit labrador, sa transparence nous inspire et on ne va pas se mentir, c’est une génie de la communication

@womenwhodostuff encore un compte créé par les copines ! Elles ont commencé avec une newsletter, et elles en sont maintenant au numéro 2 de leur magazine papier qui casse la baraque en « contribuant à l’émancipation des femmes et minorités de genre »

 

N’hésitez donc pas à suivre ce duo créatif, et même à donner un coup de pouce en participant à leur campagne de financement!

 

 

13980cookie-checkThon Mayo, des tatoueuses… pour vêtements !
Partager cet article via :
Camille

Camille

Retrouve-moi sur "La Fléministe" pour découvrir mes trouvailles sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top