La Russie : les clichés vus par les natifs

Loin du glamour et des rêves offerts par les guides de voyage, le moment est venu d’ouvrir une discussion avec les natifs. Dans ce premier volet, nous partirons à la rencontre des russes. Jeunes et plus âgé(e)s, vivant en France ou en Russie, les personnes interviewées partagent un fragment de leur histoire. En évoquant leurs souvenirs, leur quotidien et aspirations futures, elles offrent un nouveau regard sur leur époque, et plus encore, leur héritage culturel.

#Elena

Originaire du Caucase, Elena grandi à Norilsk, dans le nord de la Sibérie. Entamant des études de droit à Moscou, elle prépare son entrée en école d’avocat à Paris. Sa passion ? Le patinage artistique, qui lui permet de voyager aux quatre coins du monde. Adepte des échanges interculturels, Elena fait quotidiennement face aux clichés entourant la culture Russe. Aujourd’hui, elle se propose d’en décortiquer un : celui de « l’agressivité ».

Tu as beaucoup voyagé en Russie et dans le monde, il y a-t-il un endroit où tu as préféré vivre en Russie ? Qu’est-ce qui t’as particulièrement plu ?

J’ai adoré vivre à Moscou ! La ville où j’ai grandi est assez reculée et surtout fermée aux étrangers (à cause d’une importante usine de nickel), ces derniers ont besoin d’une autorisation pour entrer. Alors Moscou, c’était un grand changement ! Il y a plus de choses à faire, j’ai pu rencontrer et discuter avec des personnes d’origine différente, j’ai vraiment adoré.

Quand tu as vécu à Moscou, est ce que tu as ressenti ce cliché du « manque d’ouverture d’esprit » des Russes envers les étrangers ?

Pas du tout ! Parfois les plus âgés le sont un peu c’est vrai, surtout dans les campagnes où ils voient peu d’étrangers et ne sont pas trop habitués. Je sais que les gens ont un peu peur de ne pas s’intégrer parce que l’on peut paraître froids et fermés d’esprit, parce qu’on sourit rarement, qu’on est méfiants au premier abord.

Depuis que je suis jeune, on m’a toujours appris à d’abord observer, à me méfier d’une personne que je ne connais pas, mais pas à me fermer aux autres non plus. Même si je ne vais pas de moi-même vers les autres, j’adore discuter avec des personnes qui ont une culture différente, on y apprend toujours beaucoup. On est assez curieux en général je trouve. Que ce soit avec un étranger ou un autre Russe, on va être très accueillants, hospitaliers et généreux. Nous accueillerons chez nous avec plaisir quelqu’un qu’on connait peu. Mais il faut réussir à briser la glace, ce qui peut être le plus difficile pour les personnes étrangères qui ne sont pas familières avec ce comportement et ne comprennent pas pourquoi on parait si peu agréable à première vue [rire]. Une fois qu’ils nous connaissent, ils savent qu’on est vraiment gentils !

Penses-tu que ce trait de caractère puisse trouver son origine dans l’histoire du pays ou le système de valeurs Russes ?

Je pense que l’histoire de la Russie a grandement joué sur l’éducation qu’on nous donne et sur nos valeurs : on est éduqués pour aider la Russie à se développer. Quand on travaille, quand on pousse les enfants à étudier c’est pour aider au développement du pays. Je vais donc rarement faire quelque chose ou prendre une décision sans réfléchir. On nous apprend très tôt à faire les choix les plus logiques, parfois à laisser de côté ce qu’on aimerait réellement faire. On prend le temps d’observer les autres et tout ce qui nous entoure, à développer nos centres d’intérêts. A cet égard, la littérature Russe est très représentative de notre éducation. Et on est assez pragmatiques en général, ce qui peut effrayer un peu parfois !

Qu’est-ce qui, pour toi, définissent les valeurs russes ? Quel(s) rôle(s) ont-elles joué dans la perception de ta culture et de ta propre identité ?

Pour moi, les valeurs russes sont essentiellement le patriotisme, l’importance de la famille, la franchise et la nostalgie. Je suis fière de ces valeurs, il y a une grande solidarité à l’intérieur des familles. On n’est jamais vraiment seuls, ce qui est très important pour moi. On est plutôt sincères dans nos relations, on ne fera jamais semblant d’apprécier quelque chose ou quelqu’un. Si on est ami avec une personne, c’est qu’on l’apprécie réellement. Il est vrai que ces valeurs me font paraître parfois un peu dure, je vais être vue ici comme un peu trop directe et pas toujours aussi enthousiaste et expressive que les autres. Je blesse parfois des gens sans le vouloir, qui prennent cette franchise pour de la brutalité …

Quant à la nostalgie, c’est quelque chose de connu, dû à l’histoire souvent tragique de la Russie. D’ailleurs, on a le proverbe « chez nous aussi, la fête viendra un jour ! » qui représente bien cette fameuse nostalgie Russe !

Entre l’apparente froideur que tu décris, et le racisme auquel tu fais malheureusement face, as-tu déjà porté un regard dépréciatif sur ta culture ou sur ta manière d’être ?

Honnêtement jamais ! Je sais que beaucoup de Russes essayent de changer pour mieux se faire accepter. Mais je n’ai jamais voulu changer. Peut-être est-ce dû à mon caractère assez affirmé. Bien que je change forcément un peu depuis que je suis en France, je n’ai jamais voulu mettre de côté mon éducation, ces valeurs et cette culture auxquelles je suis attachée et qui font ma fierté ! J’en profite au contraire pour les faire partager et les faire découvrir, tout en apprenant des autres !

En parlant de partage, quel serait le message que tu voudrais transmettre aux personnes souhaitant découvrir la culture Russe ?

De ne pas se fier aux clichés véhiculés quotidiennement et alimentés par les films et les séries ! C’est une culture très vaste et tellement passionnante. La littérature, l’art russe en général, les paysages de la Russie à la fois incroyables et si différents les uns des autres, moi-même je n’ai pas fini de la découvrir ! Qu’ils viennent discuter avec nous, on partagera avec plaisir un peu de notre culture et on appréciera toujours en apprendre un peu plus sur la leur !

Retrouvez Elena sur twitter pour plus de contenus sur la Russie, et pour les plus aventureux, la langue russe!

12580cookie-checkLa Russie : les clichés vus par les natifs
Partager cet article via :
S.

S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top