Au poil

nu

A l’époque où on pouvait le faire, ce temps béni où le COVID n’avait pas encore enfermé le monde, mon homme et moi nous nous rendions souvent dans une station thermale pour une cure de repos. Le vrai repos : l’endroit où, sans enfants, on n’a d’autre choix que de manger, lire, dormir, ou éventuellement faire un sauna, le tout dans n’importe quel ordre.

Lorsque j’annonçais notre départ à nos amis, ils esquissaient un sourire contrit : « ah, vous allez encore chez les tous-nus ».

En effet, cette station a la particularité d’exiger la nudité dans la partie « sauna », et cela triture beaucoup de gens. Il y a les dégoûtés, qui n’ont pas envie de voir les autres, les pudiques qui ne souhaitent pas se montrer, il y a les curieux qui posent une tonne de questions mais qui « n’oseraient jamais »,  ceux qui trouvent ça super tendance, il y a de tout, mais le moins que je puisse dire est que cela ne laisse pas indifférent.

Parmi pléthore de réactions masculines, certains m’ont dit qu’ils auraient trop peur de bander. A ceux-là, je réponds qu’être dans une partie nudiste avec des tas de gens de tous les âges et de toutes les formes ôte toute forme d’excitation sexuelle. Et quand bien même : ça se voit autant avec un maillot que sans.

Qui plus est, croyez-le ou non, il est formellement interdit de forniquer sauvagement dans les piscines (voir l’article : Conseils pour un “summer sex” épanoui) .

La nudité pour éradiquer les complexes

nu complexes

La nudité, c’est le top pour abolir toute forme de complexes. Aussi bien physiques que sociaux. Vous pouvez vous retrouver à poil à côté d’un chef d’entreprise ou d’un chômeur, il est impossible de le savoir, les bagnoles sont au parking.

Vous êtes confrontés à la réalité de la vie : les physiques à atteindre que nous impose la mode sont retouchés par l’informatique en fonction de l’idéal actuel imposé par la société. Alors que ce qui fait la beauté d’un corps, c’est la totalité de toutes ses particularités.

On croise de tout : des grands hommes forts avec un petit organe, l’inverse, des gros sexes, des grands, des minces, des… mais où est-il ? A ce sujet, je rappelle ici l’adage préféré d’un collègue citant volontiers Desproges : «  L’important ce n’est pas la taille, c’est le goût ».  Des vieux beaux, des has been, des laids maigres, de jeunes Apollons au cul tout plat.

On rencontre de belles femmes avec de la cellulite, des moches avec un corps magnifique, des gros seins, des torses plats, des épilations créatives, du « naturel », de la caille avec cicatrices, de la vieille poule restée ferme.

Il y a des solitaires, des couples hétéros, des couples homos, des couples illégitimes, des familles entières.

Tout ce beau monde se meut dans une indifférence générale au corps et un respect pour l’autre qui fait du bien.

Par contre, j’ai toujours cette appréhension d’y croiser quelqu’un que je connais. L’un de mes supérieurs hiérarchiques, par exemple. Ou mon banquier.

Moi, j’aime être à poil, mais dans une foule d’anonyme, sinon je me sens vraiment toute nue.

9990cookie-checkAu poil
Partager cet article via :
Belge&Brune

Belge&Brune

One thought on “Au poil

  1. Ma compagne et moi sommes exactement dans le même cas (on va à Aachen une à deux fois par an car on habite pas tout prêt mais qu’est-ce que ça fait du bien). On nous regarde parfois bizarrement à cause du nudisme. Ma compagne était pas sûre d’elle la première fois où elle l’a fait (j’en faisais avant de la connaitre) mais j’ai su bien la rassurer avec les bons mots et elle est conquise.

    On pourrait utiliser exactement les mêmes mots que vous sur ce que ça fait. Et je rajouterais même cette sensation de “liberté” : c’est extrêmement agréable de pouvoir nager nu dans un grand bassin. Il faut dire qu’à Aachen, l’infrastructure est juste magnifique. On a testé récemment Spa et on était assez déçu car la comparaison n’est vraiment pas en leur faveur (si on ne fait pas des soins, en tout cas).

    Et on a jamais vraiment eu l’appréhension de rencontrer quelqu’un qu’on connait (on ne connait personne qui soit près de la frontière donc …) mais c’est au contraire le fait qu’on aimerait partager ça avec d’autres ou leur faire découvrir mais qu’on se sentirait gêné de voir nu des gens qu’on connait. A la fois l’envie de faire découvrir une passion (comme on suggère un dernier livre) et le blocage de se voir nu entre gens qui se connaissent avec la gêne que ça ne manquerait pas d’occasionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top